Lydia Wehrli

Publié dans Portrait.

J’ai commencé à faire de l’athlétisme en 1998 à l’âge de 8 ans dans le club d’UGS en pratiquant toutes les disciplines (sprint, saut en longueur, lancer du poids,…), mais c’est le sprint qui me plaisait le plus. Grâce à mon entraîneur de l’époque, Virginie Carrard,  je gagnais ma première médaille à un triathlon scolaire en 2001, pour une fois que je ne terminais pas à la quatrième place… les trois premières sur le podium étant constamment des stadistes (Karla Boyle, Alessia Bouchet, Noémie Fracheboud).

La même année, j’ai commencé la gymnastique Agrès (barres fixes, anneaux et exercices au sol) à Collonge-Bellerive. Voulant faire de la GRS (gymnastique rythmique sportive), la professeure m’a stoppé dans mon élan….au bout d’une semaine, estimant que je n’avais pas les caractéristiques physiques pour en faire … ! Du coup, je me suis rabattue sur les agrès.

En 2002, j’ai commencé à avoir des problèmes au niveau des tendons d’Achille, dûs à la croissance.

En 2003, j’ai dû arrêter toute activité physique et ne l’ai reprise qu’en 2005.

Entre-temps, j’avais débuté le taekwondo, la guitare et le théâtre. J’ai également tout arrêté, par manque de motivation (grande époque que celle du C.O….. !).

Ayant pris pas mal de poids, marre de ne rien faire et toujours mal aux jambes, c’est mon père qui m’a motivée à refaire de l’athlétisme, lui-même courant de longues distances. On est arrivé sur le lancer du poids du moment que cela faisait travailler le haut du corps. De plus j’étais assez douée pour mon âge.

Mon père a donc contacté le Stade Genève (mon ancienne entraîneur ayant arrêté entre temps) et a pris contact avec Victor Holer. A cette époque, Prisca Groubel était la seule lanceuse.

J’ai donc testé les 4 lancers (poids, disque, marteau et javelot) et le marteau (sport dont je découvrais l’existence) m‘a tout de suite plu! De plus, Prisca avait pour spécialité le marteau, j’ai donc décidé d’en faire aussi.

Assez rapidement, Joe Burke – entraîneur canadien venu au stade m’a coaché et j’ai débuté les compétitions.

En septembre 2008, après avoir fait un record à 49,01 m, ce qui m’a valu la médaille d’or aux Championnats Suisses junior, Joe a dû retourner vivre au Canada pour des raisons familiales (son beau-père étant très malade) et je me suis retrouvée « orpheline ». De son côté, Prisca avait également arrêté.. !

Une année auparavant, lors d’un camps d’entraînements au Cap d’Agde avec Jessica Barbey, j’avais rencontré 4 lanceuses françaises de Saint-Jean de Maurienne (Mélanie Fromentin, Cassandra Milan, Laura Milan et Amandine Esnault) qui m’ont impressionnée ! En Suisse, il n’y a qu’à Lucerne que l’on trouve un groupe de lanceuses de marteau aussi nombreux, mais pas en Suisse Romande.

Nous avons échangé nos coordonnées avec les athlètes françaises et on s’invitait pour des compétitions sur France et sur Suisse.

J’ai également pris contact avec Richard Bouchet – leur entraîneur qui, par ailleurs, est l’un des deux entraîneurs du pôle de la région Rhône-Alpes. Je l’ai donc contacté et il a accepté de m’entraîner, le seul hic étant que les entraînements se passent à Aix-les Bains (France), à 1h15 de voiture de Genève, et je m’y rends tous les lundis, mercredis et vendredis soirs. Je quitte Anières à 16h.30, pour commencer l’entraînement à 18h. et repartir après les 2h30 d’entraînement pour être chez moi à 22h.

Les autres jours, je fais de la musculation à Champel : de l’althérophilie pour  prendre de la force dans les épaules, les bras et les cuisses, soit plus spécialement les jambes que le haut du corps, étant pratiquement tout le temps en position assise dans mon sport !

Mon entraîneur m’établit des plans à ce sujet et je les applique toute seule.

Lors de mon premier concours de la saison, j’ai pulvérisé mon record personnel et, par la même occasion, le record genevois de près de 2 m en réalisant un jet à 52,35 m.

En dehors du sport, j’étudie. Je suis en dernière année du Collège Calvin en option biologie-chimie dans la perspective d’étudier soit la médecine, soit le droit, mais dans l’humanitaire… ce qui risque d’être assez compliqué avec le sport!

De plus, je suis présidente de l’Association des Elèves du Collège Calvin (AECC) avec des réunions assez régulières relatives à l’organisation de journées à thème, de fêtes, etc… Dernièrement, nous avons organisé un concert et une vente de bracelets, afin de récolter des fonds pour Haïti. Pas mal de travail en amont pour organiser cette manifestation.

Avec des proches et l’infirmière scolaire, j’ai également créé un « groupe santé ».

Le 1er décembre –journée mondiale du sida, nous avons organisé une manifestation toute cette journée.

Le 31 mai – journée sur le tabagisme et autres addictions (soit tabac, cannabis, alcool), il y aura une table ronde avec des intervenants dans l’enceinte du collège. Les collégiens auront l’occasion de discuter avec des professionnels de la santé, sans être jugés.

Avant les compétitions, j’adore écouter du « métal », du « hip-hop » qui déchire et me donne envie de m’énerver… ! Sinon, en période « normale », j’écoute du « rock sentimental », genre variété française (sur Virgin Radio) donc du pop-rock un peu plus tranquille !

J’arrive à m’isoler totalement lors des entraînements et être dans ma bulle.

En septembre 2010, je débuterai une année sabbatique et partirai à Frankfurt pour rejoindre le centre national allemand du lancer de marteau.

En juillet 2011, je ne reviendrai à Genève uniquement pour participer aux championnats suisses.

Si j’arrive à trouver un bon programme en Allemagne qui allie le « sport-étude », je compte y rester…. sans pour autant quitter le Stade Genève !

Le samedi matin, quand je n’ai pas de compétition, j’entraîne les écoliers (les plus jeunes étant nés en 2002) pour toutes les disciplines.

J’aime mon club, car il y a une bonne ambiance. Comparé à d’autres clubs, nous avons un groupe sérieux. Le niveau est peut-être moins élevé, mais il y a l’envie d’aller loin!

Mes objectifs pour cette saison sont les suivants :

  • Faire un podium aux championnats suisses Elite en juillet à Lugano
  • Gagner les championnats suisses Espoires en septembre à Berne
  • Me qualifier pour la Coupe d’Europe 2010 à Belgrade
    • Faire 54 m, ce qui représente les limite pour les « Swiss starters 2014 ». C’est un programme créé pour soutenir les jeunes athlètes afin que la majorité parviennent à participer au Championnats d’Europe 2014 qui se dérouleront (normalement) à Zurich.
    • Aller le plus loin possible dans mon sport. L’objectif final étant tout de même les Jeux Olympiques en 2016 à Rio de Janeiro
  • Me qualifier pour le Match international U20/U23 à Heilbronn (Allemagne)

Connexion