Camp de Pâques 2018 à Toulon

Écrit par Pierre-André d'ARBIGNY. Publié dans Articles.

Texte écrit par Ulysse Lozano :

Cette année, les entraîneurs, masseurs, accompagnants et athlètes du Stade Genève se sont donnés rendez-vous vendredi matin à 08h00 sur le Stade-du-Bout du monde pour le départ en car, direction Toulon - édition 2018 du stage d’entraînements de Pâques.

C’est dans la bonne humeur que tout le groupe du Stade Genève a attendu un retardataire mystère n’ayant pas programmé son réveil et repoussant ainsi le grand départ à 08h45... C’est parti pour  environs 7 heures de voyage rythmées de jeux de cartes, musiques et siestes dans un car rempli à craquer de matériels d’entraînements, valises, compex et jeunes de tous âges ! 

Arrivés tous en vie au campement du Pradet. La distribution des Bungalows et l’installation dans les chambres est accompagnée d’un cocktail de bienvenue de la part du directeur du camping Belambra. Cette année le club de vacance Belambra nous a fait la grande faveur d’ouvrir ses portes spécialement pour notre groupe une semaine avant l’ouverture officielle. Tous les membres du stade Genève ont eu l’occasion de s’installer calmement avant d’attaquer, dès le lendemain, une semaine de sport très chargée.

Samedi matin, premier réveil + petit déjeuner pour tout le monde. La joie et la motivation se ressent chez tout le monde à l’idée du premier entraînement.

Personne n’est en retard au car qui part à 09h00 en direction du Stade Léo Lagrange situé à 20min de Belambra. Le club s’entraînera toute la semaine sur ce stade. 

Les premiers entraînements se passent pour le mieux, que ce soit pour les sprinters, les sauteurs, le groupe demi-fond, les plus jeunes mais aussi pour les blessés bénéficiant d’un programme plus que personnalisé. Certains entraîneurs n’ont pas fait preuve de pitié avec les séances proposées dès le premier jour: séries 400m avec Jessica et la fameuse Kenyan pour le groupe de Marco, méthode assez efficace d’insertion au rythme du camps. Le rythme de 2 entraînements par jour commence gentiment à être accepté à partir de la fin du deuxième jour. Certains préfèrent récupérer en jouant aux cartes après le repas, d’autre en s’assaillant devant Koh-Lanta ou The Voice, certain en continuant de s’entraîner du côté des tables de ping-pong pendant que les plus raisonnables vont se coucher tôt.

La semaine continue avec l’arrivée du 1er Avril. Cette année nous étions prêts à faire face à l’imagination débordante des entraîneurs, malheureusement ce sont les plus jeunes qui ont pris au dépourvu les plus grands. Oreo customisés avec du dentifrice et du piment offerts sur le stade, cache-cache des affaires de sport,... 
Florian, comme à son habitude à pensé grand pour ce poisson d’avril : faire croire aux jeunes qui participaient pour la première fois au camps, que la tradition les obligeait à préparer une chorégraphie devant tout le public du camps ! Mission réussie. Dimanche soir, 21h précise, nous avons tous assisté à l’époustouflante chorégraphie préparée en 12h de 4 courageuses jeunes athlètes, bravo encore les filles !
 
Grand soleil toute la semaine sur le stade! T-shirt + short, entraînement, fatigue, rire, bronzage, que demander de plus ? La vie est belle. Frédy cesse de nous le rappeler. Il nous ramène aussi sur terre quand il le faut : Lundi soir, nous sommes tous conviés à une conférence sur la préparation mentale avant une compétition organisée de toute pièce par lui même. De quoi nous rappeler également l’objectif principale du stage d’entraînement de Pâques. Nous sommes tous là pour préparer nos futurs compétitions en été d’un point de vue physique technique et mental. Nous ressortons de la salle tous plus que motivés à aller de l’avant.
 
Sur le stade les entraîneurs eux aussi sont pris d’un élan de motivation...les forces du mal prennent le devant. Nous l’observons avec les visages fatigués le matin, la queue chez les masseurs, les groupes qui diminuent au fil de l’entraînement, les corps s’écroulant sur la ligne d’arrivée, à croire qu’ils viennent de retrouver leur lit et bien sûr le fameux groupe des blessés qui ne cesse de devenir populaire et de s’accroître! (Bientôt plus assez de TRX, ni de compex pour satisfaire tout le monde).
 
Aïe aïe, le tant attendu karaoké ne peut débarquer à un meilleur moment.  La soirée débute avec une démonstration des talents cachés du stade Genève. Concert de musique passant par les 4 coins du monde. Guitare espagnole, flûte traversière, saxophone et la découverte d’un instrument traditionnel érythréen. Debout pour le karaoké, c’est dans la bonne ambiance que tout le monde met de son cœur pour chanter « magic in the air » ou « i’m Sexy and I know it ». C’est comme si le début de semaine sur le stade n’avait jamais eu lieu. Les entraîneurs, à l’honneur, clôturent la soirée avec un hymne fort « we are the champions ». 
 
L’aventure se poursuit avec le si mérité jour de pause. Au programme, pas de programme. Nous profitons tous pour nous reposer, à l’exception des coureurs de demi-fond qui s’entraînent le matin. Au final, ce jour de pause a été très actif, avec des départs pour le centre ville et sur place, en jouant au beach volley ou au foot. Attention à ne pas se blesser...
 
Dernière ligne droite: jeudi et vendredi.
Derniers instants pour profiter des super entraînements, des massages, de l’équipe, des délicieux buffets et du soleeeeeil ! 
 
Le programme de la semaine d’entraînement se clôture avec la tradition de l’américaine. Tous les athlètes du camps vont se disputer un relais par équipe. Les plus résistants courront par équipe de 3, un 3000m réparti en 5x200m pour chaque athlète, tandis que les plus jeunes se partageront un 2000m par équipe de 5 divisé en 4x100m par athlète. L’américaine est l’épreuve finale du camp mais aussi la plus douloureuse. Peut importe la douleur, le stade est en feu devant la détermination et l’acharnement que chacun met pour mener son équipe sur le podium. De quoi être ravissant sur les photos souvenirs post américaine avec les amis et les entraîneurs... 
Vendredi soir, toutes les chambres impeccablement rangées et propres nous profitons des dernières discussion de soirée et parties de cartes de Toulon 2018, avant le grand départ. 
 
Samedi matin 09h, retour à Genève. 7 heures de car rythmées de jeux de cartes, musiques, sieste, sieste et encore sieste. Aux alentours de 17h30, Nous nous quittons tous, super reconnaissant de la super semaine passée en de bonne compagnie, mais tout de même un peu tristes... 
 
Merci encore aux organisateurs et responsables du camps, qui nous ont fait vivre une semaine intense mais magique.
 
Gare au stade Genève cet été !!